Roger C. Elobo, Mon Blog

Espace d'Analyse, de Critique, d'Humeur, ...de Vie

22 septembre 2017

Au crépuscule, le bilan d'une femme d'illusion


Elle aurait pu être éthiopienne, une malgache, une ivoirienne ou une tchadienne. Elle pourrait être une fille de quelque part en Afrique. Mais disons qu'elle est plutôt une gabonaise. Elle n'incarne pas la femme africaine ni la gabonaise fort heureusement…

Elle aurait pu être par son lustre cette belle flamme qui enchante les cœurs et éclaire le chemin de son homme et celui de ceux qui la côtoient et pousse vers l'universel et le dépassement de soi. Mais elle n'a que l'éclat d'une bougie de cire...

Elle aurait pu être une fille sincère, construite, habitée par son destin, animée par la volonté de prendre sa revanche sur le sort qui a été très égoïste envers elle et même qui a tout refusé à ses proches. Mais elle n'est que la conjugaison d'actions foireuses et de projets lugubres…

Elle aurait pu être vraie. Mais elle n'est qu'illusion. Elle aurait pu être. Mais elle n'a pas été au demeurant...

Elle aurait pu être cet exemple d'abnégation que l'on aimerait citer pour donner aux jeunes filles des repères, de l'ambition, de la dignité, de l'envie de faire. Mais elle n'est qu'un médiocre personnage dont le bilan après tant d'années d'existence sur terre se résume à ça :   !

.


  

1 commentaire:

mimi nadi a dit…

Heureuse d'avoir le plaisir de vous lire Monsieur Elobo :)
Myriam