Roger C. Elobo, Mon Blog

Espace d'Analyse, de Critique, d'Humeur, ...de Vie

29 mai 2012

Mrs Rogers, I presume


Of course !!!

C'est ainsi que débuta, en vis-à-vis, enfin, ma conversation avec la belle anglaise, sur une célèbre place parisienne classée au patrimoine de l'humanité, avant de continuer dans un jardin public au cœur du quartier latin et de  s'achever comme l'imagination de chacun peut lui suggérer. La belle blonde anglaise, habillée à l'anglaise avec une petite jolie montre bracelet, avait un look de fille de magazines.

J'en étais scié. 

Depuis le temps, jamais nous ne nous étions vus, même pas sur image. Cette option avait été d'elle et j'avais validé en gentleman. Le deal était de se faire une photo mentale. Je m'y étais fait bien péniblement en escomptant une belle cagnotte au bout de cette expérience. A l'ère de web 2.0, construire une relation sans autre image que celle que l'esprit vous fait créer à partir des attributs physiques et psychologiques de l'autre au travers d'échanges bien que vivants et intenses était un défi excitant. Et en plus, à se voir, ce devrait être hors du Royaume Uni…

Sa terre !

De tous mes voyages sur Londres, elle m'avait opposé une absence physique. J'avais proposé un café sur Oxford Street ; une partie de cinéma sur Leicester square ; une crêpe sur Tower Bridge ; une bouffée d'air dans le Royal Park ; une visite ensemble de la British Museum ; un au revoir sur le quai de la gare Saint Pancras International  et à chaque fois elle avait refusé me rappelant que Londres était en Angleterre et elle-même, une des quatre nations du Royaume Uni. Pour elle, le charme parisien n'ayant pas d'équivalent, ça serait à Paris quelque ce soit le temps que ça prendrait. Elle me voulait ici et pas là-bas, du moins pour cette fois …

La première !

L'appel entrant sur mon mobile affichait un numéro français. Au bout du fil une voix au timbre particulier, la sienne. Tu as de la chance, me dit-elle. J'avais compris. Où dois-je te retrouver ? Lui demandé-je.  Au Jardin du Luxembourg à 16h00, si ça te convient ! Plutôt dans la cour d'honneur du Palais Royal, sur les colonnes de Buren, si tu veux bien.  A l'heure dite, j'attendais sur 7ème colonne centrale la rencontre de l'imaginaire et du réel.

Et elle vint à moi.  

Aucun commentaire: